Imprimer

INFORMATIONS SUR TRAVAUX EN COURS AU PONT DE BIOT

Les travaux en cours sur la Brague à BIOT soulèvent différentes questions, auxquelles le SIAQUEBA souhaite répondre le plus clairement possible pour dissiper tout malentendu.


De quoi s’agit-il ?
Le SIAQUEBA réalise le dernier chantier de réparation des désordres causés par la crue du 3 octobre 2015 sur la Brague, et réalise en parallèle une opération obligatoire de restauration de la continuité écologique (par suppression du seuil sur le cours d’eau). Les travaux prioritaires suite aux crues ont été exécutés en début d’année 2016.

Pourquoi commencer des travaux dans la Brague en pleine saison de crues?
Les travaux en rivière nécessitent des autorisations administratives au titre de la loi sur l’eau, assez longues à obtenir, et qui ont fixé la date de démarrage possible à la fin du mois de septembre.
Le SIAQUEBA a souhaité commencer sans attendre la fin de la période à risques d’orages, afin d’assurer au plus tôt le renforcement des murs et du Pont Muratore.
Pour minimiser l’impact sur le milieu aquatique, et diminuer le coût total des travaux, le SIAQUEBA a choisi d’avancer ses travaux sur le seuil et de réaliser les deux chantiers dans le même temps.

Quelle sera la durée du chantier ?
La durée prévisionnelle des travaux est de 8 semaines, portant l’échéance à mi-novembre.


Les barrages mis en place dans le lit de la Brague risquent-ils de provoquer des inondations à Biot ou de les aggraver ?
Les batardeaux installés sont des dispositifs provisoires destinés à isoler le tronçon de rivière pour travailler à sec et éviter la pollution des eaux. Ils sont fusibles en cas de crue : la puissance des écoulements renverse ces « big-bags », les matériaux de remplissage sont emportés par les eaux. Ces aménagements sont classiques pour les travaux en rivière, ils font partie des dispositions règlementaires imposées.

L’argent consacré aux poissons ne devrait-il pas plutôt servir à entretenir la Brague ?
Depuis le 3 octobre 2015, le SIAQUEBA a engagé 750 000€ pour réparer les dégâts causés par cette crue exceptionnelle, avec une grande réactivité :
- 15 jours après l’événement : tous les axes hydrauliques étaient rétablis, et les embâcles retirés,
- Dès février 2016 : le nettoyage de la Brague, de la Valmasque et de la Bouillide était achevé, soit 22 km de cours d’eau traités par des moyens principalement manuels du fait des difficultés d’accès,
- En mars / avril 2016 : les berges dégradées sur Biot étaient réparées, et le curage de la Valmasque assuré (avec les autorisations réglementaires.)

L'Agence de l'eau Rhone Méditerranée finance à hauteur de 80% ces travaux de restauration écologique. Par cette action en faveur de la biodiversité, le SIAQUEBA peut bénéficier de financement exceptionnel relatif à l'entretien de la ripisylve, et la sensibilisation des scolaires.

Depuis plus de 25 ans, le SIAQUEBA entretient les berges de la Brague, de la Valmasque et de la Bouillide, en investissant en moyenne 150 000€ annuel, sur la base d’une Déclaration d’Intérêt Général et d’un plan de gestion approuvé. Il se substitue en cela aux propriétaires riverains qui ont l’obligation légale d’entretenir les berges.

Vidéo pour comprendre la restauration des cours d'eau